cagibi.com

carnet de notes + atelier // christophe antiphon

Tag: fragments (page 2 of 2)

[007] Sainte Rita

Le miracle d’une enfant dans son berceau dont la bouche recueille un essaim d’abeilles. Du goût des abeilles dévorées à la pourriture d’une plaie, Sainte patronne des causes désespérées.

[006] s’oublier

Ne rien retenir, lâcher prise ; en permanence, je me déshabille oubliant la pudeur. Retirer unes à unes les fines couches de peau. Etre nu simplement, sans mémoire, sans souvenir.

[005] champ de coton

“(…) Alors ne me refusez pas de me dire l’objet, je vous en prie, de votre fièvre, de votre regard sur moi, la raison, de me la dire ; et s’il s’agit de ne point blesser votre dignité, eh bien, dites-la comme on la dit à un arbre, ou face au mur d’une prison, ou dans la solitude d’un champ de coton dans lequel on se promène, nu, la nuit ; de me la dire sans même me regarder. Car la vraie seule cruauté de cette heure du crépuscule où nous nous tenons tous les deux n’est pas qu’un homme blesse l’autre, ou le mutile, ou le torture, ou lui arrache les membres et la tête, ou même le fasse pleurer ; la vraie et terrible cruauté est celle de l’homme ou de l’animal qui rend l’homme ou l’animal inachevé, qui l’interrompt comme des points de suspension au milieu d’une phrase, qui se détourne de lui après l’avoir regardé, qui fait, de l’animal ou de l’homme, une erreur du regard, une erreur du jugement, une erreur, comme une lettre qu’on a commencée et qu’on froisse brutalement juste après avoir écrit la date. (…)”
B-M. Koltès, Dans la solitude des champs de coton, Editions de Minuit, 1986.

[004] intime

Je cherche dans l’extérieur toutes les traces que laisse l’intérieur, comment l’intime suinte du corps, à fleur de peau. La sensation de caresser l’intime, de respirer le même air, quand le corps devient gisement de l’intime, tombeau vide au souffle coupé.

[003] plus tard, les principes

Mettre de côté l’humilité et dire “je” ; sachant que ce “je” s’énonce sans règle, avec des principes très accomodants, et une disparition dans l’équivoque… “je” garde la possibilité de taire, de se contredire, de mentir, de changer de corps et de temps, au fil des mots et des numéros disséquer ce “je”.

[001] fragmentum

“Morceau d’un objet brisé”. Cette dimension d’objet donne l’image du tesson de céramique fouillé par quelque archéologue et sur lequel est figuré une histoire à reconstituer. Pourtant, ce morceau suffit, il raconte sa propre histoire ; en se brisant, un autre monde surgit. Tête de poupée surgissant de la terre, au regard fixe, dénué de souffrance. Des milliers d’ossements agrégés pour reconstituer autrement l’objet brisé comme si là le corps ne supportait plus la séparation.

[000]

écrire selon le désordre des idées, telles qu’elles surgissent en garder la trace avec la suite des numéros, implacables et justes un inventaire forcément partiel, forcément infini ou bien tenir un registre de détails comptabiliser archiver numéroter fouiller avec l’obsession du fragment comme seul ordre le temps y mêler l’intime et l’imaginaire un thésaurus lacunaire cumuler la sagesse dans un cabinet de curiosités pour ne pas oublier

Newer posts

© 2018 cagibi.com

Theme by Anders NorenUp ↑