“Les vivants… Mais qui peut encore se parer de ce nom merveilleux à cette heure ? Quand tout est précaire et que, comme un rien, d’un vivant l’on te fabrique un mort.”
Aragon, Les cloches de Bâle.