des âmes stagnantes
attachées
là où les corps
les ont lâchées
lueurs animées
fantômes
qui palpitent
et tournoient
sur place

 

 

En écho :
“Une lueur se faufile, elle voyage la nuit. Si vous êtes là – si quelqu’un est là – la lueur s’invite et vous traverse. Elle peut vous renseigner. Les lueurs se multiplient pour rien. Le plus souvent, il n’y a personne pour les entendre. Elles existent quand même.” Yannick Haenel, Cercle.